• Bisunzu Mining Company

Mashakiri journal: SMB, victime de la traçabilité améliorée des minerais

Par Jean Serge BORAUZIMA

Mashariki journal, Avril-Mai 2019

Au lendemain de la résiliation du contrat de traçabilité entre ITA (International Tin Association ex ITRI) au profit de BSP (Better Sourcing Program), la Société Minière de Bisunzu (SMB) est devenue victime de la désinformation et de toutes sortes de manipulations faites à l’endroit de ses clients et partenaires aussi bien en interne qu’en internationale Toutes ces manœuvres visant à ternir l’image d’une si grande société du Nord-Kivu « 100% Congolaise » sont faites par ITRI qui était jusque-là la seule organisation qui se chargeait de la traçabilité dans la région. Pour la SMB Sarl, cela est à la base du blocage des exportations de ses minerais, pourtant certifiés comme étant propre ; blocage d’ailleurs qui est à la base du ralentissement des activités de la Société, voir même celui du paiement des creuseurs qui vendent leurs minerais à la Société. Pour fixer l’opinion sur cette question le Directeur Général de cette Société Monsieur MWANGACHUCHU NGAMIJE Ben qu’entouraient Messieurs Loïc BONDUELLE et Freddy NZONGA respectivement Directeur Général Adjoint et Directeur de la Traçabilité s’est exprimé devant la Presse. Selon lui, une équipe importante de la SMB revient de Paris où elle vient de participée à une importante réunion de l’OCDE. Ici, il a été question de montrer à la face NORD-KIVU / ENTREPRISE: SMB victime de la traçabilité amé- liorée des minerais. du monde et devant plusieurs clients de la société que la résiliation du contrat avec ITRI n’était qu’une façon pour sa société de changer le mode de traçabilité après s’être rendu compte des nombreuses insuffisances de l’ancienne méthode de traçabilité. Les responsables de la SMB ont d’ailleurs prouvés noir sur blanc qu’en RDC il n’y a pas de monopole dans la commercialisation des minerais. Ainsi donc la SMB avait la liberté de choisir une autre organisation et une nouvelle méthode de traçabilité. Par cette occasion, selon Ben MWANGACHUCHU, c’est la SMB Sarl qui a gagné car ITA a été contraint à réduire de 50% le prix de la traçabilité. Même si sa Société ne va plus collaborer avec ITA, mais les autres intervenants Congolais dans ce secteur pourront bien bénéficier de cet avantage. En outre, une autre réussite, c’est le fait qu’aujourd’hui il existe maintenant deux systèmes de traçabilités agréés et que chacun peut opérer librement son choix entre les deux systèmes. Pour toutes ces raisons donc, la SMB Sarl ne pouvait pas donc vendre ses minerais sans clarifier cette situation à l’OCDE Le Directeur Général de la SMB Sarl a fait savoir avec satisfaction que maintenant sa société a commencé à vendre les minerais. Mais que pour l’heure, seuls deux conteneurs ont déjà été exportés. Néanmoins, les deux conteneurs qui avaient défrayés la chroniques et pour lesquelles la SMB avait déjà payés tous les droits et qui avaient même été tagués par ITRI n’ont pas encore été vendus. Au-delà de ces deux conteneurs, la SMB Sarl vient de gagner un autre procès concernant trois tonnes de minerais qui était détourné vers le dépôt à Goma de la Coopérative des Artisanaux Miniers du Congo et que la CNLFM avec le concours de la justice a remis à la SMB Sarl. ITA a refusé de réaffecter les étiquètes de ces minerais à SMB Sarl par pure honte. Certes, une mauvaise foi manifeste qui vise visiblement à nuire la SMB Sarl, plus de 260 de ses employés et plus de 4000 creuseurs congolais qui vivent au dépend de la mine de cette société. Concernant la marche dite pacifique organisée à Rubaya par les creuseurs, cela relève d’une manipulation par les ennemis de la Société a fait savoir clairement MWANGACHUCHU, appuyé par Freddy NZONGA. Pour la SMB le dernier paiement des creuseurs remonte du Mois de Février 2019 et que donc, la société ne doit aux creuseurs que trois Mois et non six Mois comme l’opinion mal avertie le prétend. Pour ce cas d’ailleurs le paiement vient d’être effectué. « Le retard observé était dû au fait que ITRI bloquais délibérément les exportations, mais cette situation vient d’être surmontée et pour l’avenir les retard de ce genres ne se répéterons plus (…) »

SMB victime de la traçabilité améliorée des minerais.

Abordant la question de la présence de la Police et des Forces armés dans la mine, le numéro un de la SMB Sarl n’y est pas allé par le dos de la cuillère, « les forces armées et la Police n’appartiennent pas à la SMB Sarl. La SMB ne donne aucune instruction à ces hommes, ils dépendent de leurs commandement et nous ne cessons d’ailleurs de faire rapport à leur hiérarchie lorsqu’il y a de cas de dérapages(…) » Par rapport à la question des œuvres sociales que la société doit volontairement posées en faveur de la population, Monsieur Freddy NZONGA, Directeur de la traçabilité, a fait savoir qu’un montant important est remis à chaque production à la coopérative minière qui avait déclarée mieux connaitre les besoins de la communauté. S’il était question de poser la question c’est plutôt à cette coopérative qu’il sied de la poser. Cependant, la SMB a versé entre 2010 et 2015 plus d’un million deux-cent mille Dollars Américains. Selon le rapport fait par le gouvernement Provincial, cette somme a servi à réhabiliter le pont Mema, Bihambwe, à électrifier l’Hôpital de Walikale, à réhabiliter la piste de l’aéroport de Walikale et à construire le bureau de la Division des Mines à Goma. La SMB Sarl indemnise progressivement les occupants terriens pour permettre une relocalisation respectueuse des lois. Entre 2012 et 2018 la SMB a versé aux occupants terriens la somme de 2 millions de dollars américains pour cette fin. En sus, la SMB Sarl apporte un appui institutionnel à la COOPERAMMA pour la permettre de fonctionner et s’occuper des creuseurs. La SMB Sarl à débourser et remis à COOPERAMMA plus 1,8 millions de dollars américains depuis 2014. Selon le Directeur de la traçabilité à la SMB Sarl, a annoncé la mise en place de la clinique mobile au bénéfice de la population de Rubaya et Bibatama. Notons que cette clinique mobile avait été retenue plusieurs mois à la douane à la suite de l’exigence du payement d’un montant dépassant même le coût d’acquisition de cet équipement pourtant destiné à soigner gratuitement la population. Certes la SMB fait sa part, c’est à l’Etat de faire la sienne. Notons que pour clore l’entretien avec la presse, les responsables de la société SMB ont formulé le vœu de voir le Gouvernement Provincial se pencher à la réhabilitation du pont Mushaki qui est en délabrement avancé au risque de couper la route et freiner ainsi l’exportation des minerais pour lesquels la SMB paye les taxes. Pour votre gouverne, la Société Minière de Bisunzu est la plus grande Entreprise exportatrice du Coltan de la région et l’économie de la Province du Nord-Kivu repose en partie sur les capitaux de cette société. SMB dispose du permis d’exploitation sur le périmètre 4731 à Bibatama dans le territoire de Masisi.

Jean Serge BORAUZIMA